Partagez | 
 

 [post-séisme] C'est vraiment de l'esclavage !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Himawari Kimura
Déléguée de la prépa

avatar


Personnage
Âge : 19 ans
Chambre / Appart : 201

A savoir :

MessageSujet: [post-séisme] C'est vraiment de l'esclavage !   Dim 29 Avr - 13:03

titre à lire avec cet air :tako:

Si ce fichu séisme avait un seul avantage, c'était celui d'avoir balayé deux journées de cours avec un seul petit coup de semonce de la terre courroucée. En échange de ce maigre avantage, la jeune femme avait du passer la journée de la veille à ranger sa chambre en piteux état et à vérifier avec l'aide des autres déléguées que tous le monde faisait de même à l'étage des filles. Tranquille le lendemain ? Mais non, c'était cette fois aux salles de classes d'être remises en bonne forme, toujours sous l'oeil vigilant de la déléguée. Un foulard sur la tête, les mains les pleines de poussière, c'était avec beaucoup d'entrain, inculqué ou non par la menace du balai, que ses prépas avaient remis en état leur classe jusqu'à ce que plus aucune trace du séisme ne soit visible.

Elle s'était cru sauve et s'était offert une petite pause en se dirigeant vers le foyer. Malheureusement, l'endroit n'avait pas fait parti des lieux communs nettoyés par l'équipe de nettoyage comme l'avait annoncé le président du conseil. Elle était sûre que Fugiwara avait oublié de mentionner ce détail en répartissant les tâches ce matin. Qui était l'imbécile qui avait jugé que les lieux étaient la seule responsabilité des élèves ?
Pas quelqu'un qui avait contemplé comme elle les meubles sans dessus dessous, les contenus des placards ouverts répandus sur le sol et le meuble télé dévasté. Elle n'avait pas osé approcher de plus près pour voir l'étendue des dégâts, mais elle doutait que le matéril audiovisuel ait bien encaissé un tel choc.

Avec un soupir et un coup de pied pour une des chaises sur son chemin – elle était déjà cassée avant de toute façon, personne ne remarquerait le bout manquant – la déléguée partit à la recherche de matériel de nettoyage, comprendre aussi bien le matériel en lui-même que d'autres élèves pour l'aider à accomplir sa tâche. Si le foyer n'était sous la responsabilité de personne de manière définie, pas comme les chambres ou les classes, tout le monde venait en profiter à un moment ou un autre.

Avec son sourire posé et gentil de déléguée calme et résistante à toute épreuve, Himawari finit par réunir une petite équipe de nettoyage qui se retrouva vite fait devant tout autant de seaux, balais et sacs poubelles.

« J'espère que tout le monde est motivé pour le rangement... Promis, dès que la partie cuisine est plus accessible on fait une pause gâteaux pour tout le monde. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maiko Aikawa
Élève de la prépa

avatar


Personnage
Âge : 19 ans
Chambre / Appart : 201

A savoir :

MessageSujet: Re: [post-séisme] C'est vraiment de l'esclavage !   Dim 29 Avr - 14:47

Manger, se décrasser, s’affaler dans son lit et ne plus en bouger avant le lendemain. Voilà tout ce que désirait Maiko. Le séisme ne provoquait que des ennuis à ses yeux. Elle avait retrouvé sa chambre sens dessus dessous. Certaines affaires fragiles s’étaient cassées comme son cadre photo qui renfermait le souvenir d’une vie passée à Hokkaido. Par conséquent, au lieu de passer sa journée du mercredi à lire et travailler paisiblement, elle avait dû ranger le lieu avec ses colocataires. Cela n’avait pas non plus pris un temps infini, mais entre le séisme et ça, la journée commençait mal. Se débarbouiller avant d’aller diner ? N’y comptez pas, la salle d’eau des filles était condamnée. Pour combien de temps ? Nul ne saurait le dire, un mois, plus peut-être. Tout cela avait pour conséquence de partager la salle d’eau avec les garçons, et ce, à des horaires bien précis pour éviter de rendre ce lieu mixte. Franchement… Maiko se méfiait un peu de ce système et des « blagues » qui pourraient en découler dans les semaines à venir.

Enfin, le lendemain, une fois reposée et remise de ses émotions la jeune femme avait participé au nettoyage de la classe avec ses camarades. La brune y allait avec un certain entrain, pressée que tout cela soit terminé. Le ménage s’était d’ailleurs fini plus vite qu’elle ne l’aurait cru. Ou peut-être n’avait-elle pas vu le temps passé. Un grondement dans son estomac lui fit comprendre que la deuxième solution était la bonne. Après avoir rangé le matériel avec les autres élèves, elle se dirigea vers le bâtiment Meiji histoire de contenter son estomac. Une fois arrivée sur place, elle alla tout d’abord aux toilettes pour se débarbouiller un peu et se laver les mains.

Le sourire aux lèvres en sortant, elle s’imaginait déjà s’empiffrer de bonnes choses. Mais, car il y a toujours un mais. Une voix familière la héla. Himawari, la déléguée de classe prépa, mais aussi sa colocataire. La personne avec qui elle avait passé ses journées à ranger. Pourquoi cela n’augurait-il rien de bon ?

Et ce n’était rien de le dire. La brunette avait accepté bon gré, mal gré – disant adieu à son encas tant désiré – de suivre la jeune femme et de l’aider à ranger le foyer. Cependant, rien ne l’avait préparé à ce spectacle. La Japonaise sentait sa motivation dégringoler brutalement, mais, quand Himawari parla de pause gâteau, Maiko s’empressa de prendre un sac-poubelle.

« Alors qu’est-ce qu’on attend ! Le plus urgent c’est de jeter ce qui est cassé ainsi que les gros morceaux de gravats et ranger ce qui nous encombre, sinon on ne pourra pas nettoyer correctement. »

Et c’est tout naturellement que la jeune femme se dirigea vers le coin-cuisine. Bah quoi ? Il y avait une récompense à la clé, et une sacrée, il fallait vite rendre cet endroit viable à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathan Scott
Élève de la 3-A

avatar


Personnage
Âge : 18 ans
Chambre / Appart : 101

A savoir :

MessageSujet: Re: [post-séisme] C'est vraiment de l'esclavage !   Dim 29 Avr - 15:31

Premier séisme était synonyme de première frayeur pour notre jeune français. En France il n’avait jamais vécu cela. Ainsi donc, les secousses avaient été d’une telle violence que la terre s’était sans doute fendue en deux. Dans deux jours, un tsunami allait engloutir le Japon et une météorite allait heurter la terre, la faisant exploser. Du moins, était-ce ainsi que Nathan l’avait prit. Il est évident que le Japon avait déjà connu des séismes bien pires que celui-ci, mais tout vous semble pire une première fois.

Enfin soit. Une fois la frayeur passé, Nathan avant du engager un combat avec les dégâts de sa chambre. Celle-ci était sans dessus-dessous. Les lits et armoires étaient encore en place, mais tout ce qui n’était pas fixé ne l’était pas. Ainsi, en rentrant dans sa chambre, le regard de notre jeune homme était tombé sur les tiroirs ouverts qui avaient craché leur contenu, sur sa lampe de bureau qui était tombé à terre –a croire qu’elle était faite d’un matériel antisismique car elle ne s’était pas cassé. Mais, en voyant cela, le cœur de Nathan stoppa, fit un bond puis accéléra. Son violon ! Il était bois, ce qui n’était pas un matériel très résistant ! Se sentant prit de panique, notre jeune homme courut vers l’armoire, l’ouvrit en grand et sortie l’étui dans lequel se trouvait son instrument. Il l’ouvrit et … soupira de soulagement. Rien. Du moins, pas en apparence. D’un geste doux, il le sorti de son étui, attrapa l’archet et le passa sur les cordes. Autre soupir de soulagement. A part un léger désaccord, tout était en ordre. Nathan ne se remerciera jamais assez d’avoir investi dans un étui de bonne qualité.

Le lendemain, après avoir mit de l’ordre dans sa chambre, notre jeune homme longea les couloirs histoire de savoir si le séisme avait encore causé plus de dégâts. Et s’était effectivement le cas. Apparemment une canalisation avait sauté, condamnant ainsi le sanitaire des filles qui allaient devoir utiliser celui des garçons pendant un certain temps. Bien que cette idée déplaise fortement à notre francophone, il n’eut pas le temps de s’en plaindre d’avantage car il passa devant le foyer dans lequel s’affairaient deux jeunes filles. Des prépas, si la vue de Nathan n’était pas si mauvaise.

« Je peux vous aider ? » lança-t-il en affichant un sourire.

Il s’avança ensuite vers elles, les interrogeant du regard, tout en prenant conscience de l’ampleur des dégâts et se dit que, finalement, toute aide serait sans doute la bienvenue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kenji Abe
Rônin

avatar


Personnage
Âge : 21 ans
Chambre / Appart : 108

A savoir :

MessageSujet: Re: [post-séisme] C'est vraiment de l'esclavage !   Lun 30 Avr - 12:58

Kenji paniquait. Pour une saleté de tremblement de terre. Même si la vieille demeure avait traversé des dizaines et dizaines de séisme sans broncher, il ne pouvait pas s’empêcher d’imaginer des scénarios catastrophe, de plus en plus horribles. Surprotecteur lui ? Non, voyons ! Un tantinet névrosé dès que ça touchait de près ou de loin à Tadashi.

Finalement, son patron l’avait foutu dehors, pour la journée, prétextant pouvoir se passer des services d’un feignant. Filant à toute allure sur son scooter – le même que pour les livraisons – il déboula dans la cour de la demeure toujours aussi agité. Naturellement, la bicoque était toujours bien debout. Certes, quelques tuiles gisaient fracassées sur le sol après s’être détachées du toit, mais cela n’avait rien d’exceptionnel. D’autant plus qu’étrangement, c’étaient les fameuses qu’il avait promis de réparer depuis environ trois mois et pour lesquelles il n’avait toujours rien fait par flemme.

Bref, tout le monde était sauf. Le foutoir avait pris place dans les moindres recoins de la demeure, mais pas une seule égratignure sur les membres de la famille. Kenji soupira d’aise en étreignant le moutard comme s’il ne l’avait pas revu depuis des mois. Il fallut l’intervention du Grand-Père – avec un bon coup au sommet de la tête du balafré – pour que Tadashi soit enfin libéré des bras paternels. Mis au boulot à coups de pied aux fesses et à grand renfort « d’imbécile incapable d’aider », Kenji laissa les vieux s’occuper de ranger l’intérieur, vérifier les conduites, etc pour grimper sur le toit et fixer ENFIN les nouvelles tuiles. A force de descendre de son perchoir pour surveiller en douce le gamin hilare et bienheureux dans tout le bordel environnant – il y avait des découvertes à faire dans le bric-à-brac – sa tâche lui prit bien toute la journée.

Excédé par le comportement de son petit-fils, Abe-Ojisan le renvoya manu militari au lycée où au moins il ne trainerait pas dans leurs pattes. Ainsi, il passa la soirée à ranger sa chambre avec ses coloc, en pestant régulièrement ou en soupirant à fendre l’âme. Le lendemain, bien sage, il retourna au boulot. Etant donné le nombre de gens dont la cuisine avait été saccagée, le jeune homme courut à droite et gauche la majeure partie de la journée. Ereinté, il ne pensait plus qu’à rentrer, se vautrer sur son pieu et pioncer tout son saoul.

Hélas, il eut la malchance de tomber sur la déléguée des prépas à la recherche de bras pour nettoyer le foyer. Très difficile de passer outre sans passer pour un enfoiré alors qu’il arrivait quand elle rassemblait ses troupes. Après un détour dans sa piaule pour déposer sa veste et le bordel ramené du restaurant – un délicieux plat de ramen qui l’attendait les bras ouverts -, Kenji retourna au foyer et se saisit du balai-instrument de torture sans rien dire – sisi il en était capable -. En arrêt sur le pas de la porte, il contempla le désastre après signature du contrat… Pourquoi n’avait-il pas vérifié AVANT l’étendu des dégâts ? Quel imbécile ! Il posa le balai et retroussa ses manches.

- Commençons par sortir le meuble-tv, les chaises etc…

Dit-il en regardant l’autre mâle présent. Rien de misogyne là-dedans. Simplement que cela n’allait pas être léger et que vu les carrures respectives des gens, les deux jeunes hommes étaient les plus à même d’être efficaces.

- Sortons la télé et les machins électroniques dans le couloir. On vérifiera ce qui fonctionne encore quand ça sera plus « clair » dans l’foyer.

En enjambant les débris vers le dit-meuble, il remonta son bandeau de son cou à autour de sa tête pour se créer une belle crinière de mèches folles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Himawari Kimura
Déléguée de la prépa

avatar


Personnage
Âge : 19 ans
Chambre / Appart : 201

A savoir :

MessageSujet: Re: [post-séisme] C'est vraiment de l'esclavage !   Dim 6 Mai - 7:52

Himawari adressa un sourire d'encouragement à son équipe dépareillée, contente que le rônin se mette à la tête de « l'équipe déménagement ». Au regard gentil mais un peu paumé du 3-A, elle n'était pas sure qu'il soit arrivé à grand chose sans personne pour lui pincer les fesses à chaque étapes. Oh, elle aurait bien assumé cette tâche si nécessaire, mais elle était sûre que la grosse voix d'Abe marcherait mieux que son sourire de midinette.

« Parfait les garçons. Appelez-nous quand vous avez besoin d'autres bras pour sortir ce qui est trop gros. Quand à nous... »

Brandissant un sac plastique avec un sourire malicieux pour Aikawa, elle s'avança dans la cuisine pour commencer à ramasser le plus gros, remontant fermement ses manches avant d'attraper à pleines mains ce qui paraissait le plus sale. Elle n'avait jamais été du genre à refuser de se salir les mains, surtout quand il s'agissait de choses aussi saines qu'un peu de nourriture ou de poussière.
Le seul point de détail génant était cette fichue jupe qui lui battait les jambes. Si elle avait pu prendre le temps de remonter pour mettre autre chose que son uniforme, elle aurait eu l'impression de pouvoir être plus efficace. Tant pis. Elle continua de se pencher en essayant de ne pas avoir l'air d'avoir conscience de ses jambes, redressant la tête juste un instant pour jeter un coup d'oeil à ses collègues.

« Vous croyez que ce genre de rangement doit être vu comme un cours déplacé d'art ménager ? »

Le silence travailleur et boudeur de la salle, tout juste entrecoupé des « han » de porteurs de ses chers camarades masculins, très peu pour elle. A ce qu'elle sache, ils n'étaient pas dans un cours de maths à trimer pour un exam !

Premier sac rempli qu'elle allait déposer à l'entrée de la porte, juste à côté de quelques pièces de mobilier et la télévision déjà arrivés qui semblaient avoir vus des jours meilleurs. Regardant de haut en bas, elle siffla entre ses dents, admirative.

« Je sens que l'administration va râler pour la facture de fin... »

Ou les élèves privées d'un de leur joujou qui allaient devoir faire autre chose que de glandouiller dans le foyer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yukimichi Daiki
Élève de la 1-A

avatar


Personnage
Âge : 17 ans
Chambre / Appart : 101

A savoir :

MessageSujet: Re: [post-séisme] C'est vraiment de l'esclavage !   Lun 7 Mai - 10:13

De l'avis général, les tremblements de terre étaient une routine qui annonçait beaucoup de travail pour réparer les dégâts. Le dernier en date ne dérogeait pas à la règle et avait laissé un beau désordre dans toute la ville où chacun s'afférait avec plus ou moins d'ardeur et de bonne volonté aux tâches supplémentaires qui leur incombaient pour les jours à venir.
Pour Yukimichi, cet évènement était presque salutaire.

Depuis une certaine séance d'essayage à laquelle Seiji s'était prêté, le basketteur avait toutes les peines du monde à retrouver son humeur enjouée coutumière et ne pouvait plus croiser un Togawa sans qu'un nuage noir ne vienne assombrir son regard. Il avait beau savoir que la relation de son ami avec Makoto n'avait rien de sérieux, ça le rongeait de les savoir ensemble. Quand en plus il soupçonnait Eiichi d'avoir profité de la séance d'essayage pour mater Seiji, ça n'arrangeait rien.
La jalousie le rongeait.

Alors oui, dans ces conditions, le tremblement de terre et la surcharge d'activités qu'il engendrait, avait un côté défouloir pour Yukimichi qui courrait prêter main forte partout où il pouvait.

Sa priorité avait été de se précipiter au gymnase pour constater l'ampleur des dégâts. Les kamis soient loués, le bâtiment et le matériel sportif n'avaient pas trop soufferts. Les entraînements de basket pourraient reprendre rapidement. C'est qu'ils étaient en plein championnat national là ! Venaient ensuite les chambres, les classes, le parc, les différents matériels... Partout où il pouvait s'occuper, Yuki y était.

Alors qu'il revenait de porter un énième carton dans une benne, le première année croisa un groupe d'élèves dont l'un d'eux racontait comment il avait échappé à une réquisition organisée par la déléguée des prépa pour travailler au foyer. Yukimichi avait pourtant cru comprendre que c'était à l'équipe d'entretien de s'occuper de la salle commune... Le jeune homme haussa les épaules. Peu lui importait le pourquoi du comment, il avait trouvé une nouvelle occupation, et il s'y rendit au pas de course.

Un bric-à-brac s'amoncelait déjà à l'entrée du foyer lorsqu'il en franchit enfin le seuil. A peine essoufflé par la course, le jeune homme leva la main bien haut, comme pour répondre à un appel imaginaire.

" Yuki-kun à la rescousse et prêt au service !!! "

Le jeune sportif adressa un grand sourire plein d'énergie et d'enthousiasme à ceux qui s'étaient tournés vers lui suite à cette arrivée fracassante.

Un rapide coup d'œil circulaire lui montra la répartition des tâches. Tout en clipsant ses barrettes pour empêcher ses cheveux de lui tomber dans les yeux, Yukimichi rejoignit le groupe des garçons pour les aider à soulever un des meubles. Il y reconnu un de ses camarades de chambrée, ainsi que quelques autres qu'il connaissait plus ou moins bien. Il tourna la tête vers celui qui semblait mener les opérations, un rônin sans doute, vu l'âge.

" L'idée c'est de tout mettre dans le couloir ? C'est ça sempai ? "

Pour le moment, il se contentait de suivre le déplacement groupé, mais autant se renseigner avant pour savoir ce qu'il devrait faire ensuite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maiko Aikawa
Élève de la prépa

avatar


Personnage
Âge : 19 ans
Chambre / Appart : 201

A savoir :

MessageSujet: Re: [post-séisme] C'est vraiment de l'esclavage !   Ven 11 Mai - 9:39

L’arrivée successive des trois jeunes hommes avait soulagé Maiko qui reprenait cœur à l’ouvrage. Maintenant, ça irait beaucoup plus vite. La joie du plus jeune d’entre eux semblait communicative. Petit à petit, la salle se vidait. C’était assez étrange à regarder, plus de meuble télé. Au moins, d’ici à ce que l’école rachète une télévision il y aurait un calme plutôt bienvenu dans ce lieu.

L’entrain de nouveau présent, le travail semblait moins pesant à la brune. Le fait de nettoyer le coin-cuisine seule avec Kimura lui remémorait le rangement de leur chambre commune. Au moins, une chose était sûre, le travail serait efficace et les quelques échangent qui ne seraient pas des ordres seraient distrayants. Comme le fait de comparer ce qu’ils faisaient à un cours.

"Un cours d’art ménager ? Très peu pour moi, j’ai donné les années précédentes. Et puis, ça signifierait que l’un d’entre nous serait le professeur et je refuse que ça soit toi Kimura-chan, tu as déjà assez de responsabilités comme ça."

Maiko ponctua sa phrase par un sourire qui se voulait amical. Et continua de remplir son sac. La déléguée devait être plus efficace qu’elle puisqu’elle allait déjà déposer son sac. Enfin, qu’importe, ce n’était pas un concours. La compétition était déjà trop grande pour avoir la meilleure place au classement lors des examens pour la déplacer à un simple rangement. Ça prendrait le temps que ça prendrait, l’important n’était pas de faire vite, mais de faire bien. En parlant de faire vite, la Japonaise aurait dû faire plus attention en ramassant les débris de verre. Elle se coupa et poussa un petit cri avant de se mettre à sucer la plaie tout en grommelant.

“Fichu tremblement de terre !”

L’entaille n’était pas très grande, ni très profonde heureusement, mais elle continuait de saigner. Et vu l’environnement plein de poussière et de déchets, mieux valait protéger la plaie que de risquer une infection. La jeune femme alla déposer son sac au niveau des meubles. Elle suçotait la plaie de temps à autre et s’adressa au groupe.

“Désolée, je vais mettre un pansement et je reviens. Je fais vite promis.”

La jeune femme se dirigea donc vers sa chambre. Elle en profiterait pour mettre un short et un tee-shirt qu’elle pouvait se permettre de salir.



(HS : Je suis en examens la semaine prochaine et serai absente dès aujourd’hui, du coup ne m’attendez pas pour RP faites comme si Maiko n’était pas revenue ou à peine.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathan Scott
Élève de la 3-A

avatar


Personnage
Âge : 18 ans
Chambre / Appart : 101

A savoir :

MessageSujet: Re: [post-séisme] C'est vraiment de l'esclavage !   Sam 12 Mai - 13:51

Son aide était la bienvenue, bien que le contraire aurait été étonnant. Offrant un sourire aux deux jeunes filles qui s’affairaient dans la salle, notre jeune homme s’avança et scruta la pièce d’un air un peu paumé, attendant sans doute d’avoir de recevoir des ordres de la Leader de l’équipe. Ouvrant la bouche, s’apprêtant à demander par où commencer, sa prise de parole fût coupée par une voix masculine. Lançant un coup d’œil au-dessus de son épaule, Nathan reconnu un élève qui suivait les cours du soir. Heureusement pour notre francophone, cet étudiant prit les rênes en main et décida de sortir les meubles « lourd » pour y voir plus clair.

Ni une ni deux, Nathan enjamba les quelques débris et se fraya un chemin vers la Télé. Tandis qu’il échangea un coup d’œil avec l’inconnu, une voix plus familière se fit entendre : celle de Yukimichi Daiki, un de ses colocataires, qui les rejoignit rapidement pour leur prêter main forte. A trois ils transportèrent le meuble, lorsque Yukimichi prit la parole. Même s’il s’adressait au rônin, Nathan fût plus rapide à répondre.

« C’est ça, oui » dit-il en hochant la tête avant de désigner le couloir « le but est de sortir tous les meubles ‘lourds’ du foyer et vérifier ce qui marche encore … après »

Ce disant, ils étaient arrivés dans le couloir et déposèrent la télévision contre le mur. Se redressant, notre jeune homme observa le couloir et les gens qui s’affairaient dans les différentes salles adjacentes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kenji Abe
Rônin

avatar


Personnage
Âge : 21 ans
Chambre / Appart : 108

A savoir :

MessageSujet: Re: [post-séisme] C'est vraiment de l'esclavage !   Ven 8 Juin - 4:11

- Ah mais si vous avez peur de surcharger Kimura-san, je peux jouer au professeur d’arts ménagers. Ceci dit, je ne garantis pas d’être doué dans la matière. Mes compétences en tâches domestiques s’arrêtent à « ne pas mettre mes chaussettes rouges dans la lessive blanche quand je donne mon linge à ma mère ». De fait, je ne suis pas convaincu qu’on aille très loin sous ma tutelle.

Lança finalement Kenji entre deux meubles. Une fois à nouveau dans le corridor, armé d’une chaise complètement ruinée, il avisa la télé et le meuble-tv d’un air entre le dépité et profondément déçu de se voir spolié de son loisir de fin de soirée aka la console.

- Je crois qu’on peut définitivement la mettre dans la benne celle-ci. Y a rien de récupérable.

En reculant de deux pas pour se nicher à l’encadrement de la porte, il héla la déléguée des prépa d’une voix forte.

- Il y a un responsable qui vient vérifier ce qu’on jette pour les gros dégâts ? Faut le mettre dans un coin ou ce qui est irrécupérable peut être directement jeté dans la grosse benne devant ?

Puis, avec l’impatience d’un morveux, il demanda finalement ce qui lui brûlait les lèvres.

- Vous pensez qu’on pourra avoir un écran encore plus grand rapidement pour remplacer la vieille bonne aux ordures ?

Ah ça, Kenji avait parfois des allures de gosses attardés quand il s’agissait des petits plaisirs gratuits – autrement dit pour à peu près tout le matériel mis à la disposition des élèvres par l’école- . Ce que les autres ignoraient sans doute, outre le fait que Kenji soit d’une cupidité affolante, était que le jeune homme n’avait jamais vraiment eu le loisir de profiter de ce que les autres adolescents et jeunes adultes considéraient comme « normal ». Bah oui, les Abe avaient beau vivre dans une superbe demeure traditionnelle, à part la fortune du patriarche, ils étaient tous aussi fauchés les uns que les autres. Alors, une télé grand écran et une console cela avait quelque chose de presque fantasmagorique pour lui.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Himawari Kimura
Déléguée de la prépa

avatar


Personnage
Âge : 19 ans
Chambre / Appart : 201

A savoir :

MessageSujet: Re: [post-séisme] C'est vraiment de l'esclavage !   Mer 20 Juin - 9:23

Bon, si certains en arrivaient à se blesser pour fuir les travaux... non, elle était mauvaise langue, ce n'était absolument pas le genre d'Aikawa-chan de fuir le travail ainsi. Après tout, elle aurait pu se contenter de ne pas venir depuis le début. Elle adressa un petit sourire à sa camarade.

«  Va vite te soigner . Quand ce sera un peu calmé, il faudra peut-être passé voir l'infirmier pour vérifier que tes vaccins anti-tetanos sont bien à jour. Et c'est une idée valable pour tous ceux qui se sont écorchés en ramassant les débris ! »

La demoiselle haussa légèrement le ton pour être entendue de tous ceux présents dans la salle, qu'ils soient occupés à porter des objets lourds ou à balayer les débris et les saletés.
A la question du rônin, elle abandonna son travail de balayage pour venir contempler les objets abîmés qu'il parlait de jeter. Elle secoua la tête : en tant que déléguée, elle prendrait les responsabilités nécessaires. S'ils devaient attendre qu'un membre du personnel vienne constater quoi que ce soit, avec tout les bâtiments du lycée à vérifier de font en comble, le tas grandissant d'objets seraient encore là le surlendemain.

« Je suis la responsable pour le moment Abe-san. Je vais me charger de faire la liste de ce qui est jeté et de ce qui sera à vérifier. Je la remettrai à l'intendant ou au président du conseil quand nous aurons finis, selon celui qui est disponible. »

Entre un président des élèves asocial et misogyne et un intendant asocial et misanthrope, ses perspectives de travail en équipe étaient toujours aussi joyeuses.
Avec un sourire rassurant, elle tapota l'épaule du grand gaillard. Sur ce coup, elle avait eu de la chance dans son recrutement : les garçons présents n'étaient pas des crevettes incapables de soulever quoi que ce soit, mais de beaux spécimens musclés qui dépassaient les attentes japonaises.

« Je ne manquerai pas de mettre les demandes en prioritaires. De toute façon, avec les fonds de l'école, je suis sure que ça sera vite remplacé... c'est dans leur intérêt de démontrer que l'école est parfaitement gérée et s'occupe bien de ses élèves, même pour des objets de loisirs. »

Son regard s'arrêta sur un silhouette qui semblait se prendre une pause non autorisée.

« Scott, le soutient moral, c'est bien deux minutes, mais ça suffit, vient m'aider à finir de déblayer le coin cuisine ! »

Avec autorité, elle mit un balai dans les mains du brun et le traina avec lui vers le fond du foyer.

«  Abe et Daiki, vous pouvez aller vérifier que le courant est coupé pour le foyer ? Je n'ai pas envie que quelqu'un ne s' électrocute, nous avons déjà notre quota de blessés ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [post-séisme] C'est vraiment de l'esclavage !   

Revenir en haut Aller en bas
 

[post-séisme] C'est vraiment de l'esclavage !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ginkgo Gakuen :: Bâtiment Meiji [Internat] :: Rez-de-chaussée :: Foyer-
Sauter vers: