Partagez | 
 

 Faute avouée à moitié pardonnée ? [PV Minji] [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Akihito Ishiin
Élève de la 3-A

avatar


Personnage
Âge : 18 ans
Chambre / Appart : 103

A savoir :

MessageSujet: Faute avouée à moitié pardonnée ? [PV Minji] [TERMINE]   Mer 22 Fév - 14:20

Ce matin, comme tous les autres, il prenait sa douche mollement, le cerveau complètement obscurcit et l’estomac pas en forme.

Depuis quelques jours, Akihito semblait plus errer que se déplacer dans les couloirs de Ginkgo. Il avait le teint pâle, mangeait beaucoup moins et ça c’était très mauvais signe, et en cours ce n’était pas super non plus. Certains de ses camarades étaient venus lui demander si tout allait bien mais ils n’eurent comme réponses qu’un vague grognement ou un "ouais…" sans autre explication.
Jusqu’à aujourd’hui il avait réussi à éviter Minji ou presque. Bon ce ne fût pas de tout repos, mais il y était arrivé. Le midi : pas de self, il avait pris l’option d’aller grignoter une connerie en marchant. Pour les couloirs : et bien il faisait comme il pouvait. En général il entendait de suffisamment loin les voix des filles pour changer d’itinéraire histoire de pas faire de rencontres malheureuses.

Mais pourquoi tout ça ? Tout simplement parce que depuis ce jour fatal où sa connerie avait pris le pas sur son cerveau, il ne savait pas comment affronter Minji. Et pourtant il allait devoir le faire. Il était malade de lui cacher un truc pareil. Malade de mentir les rares fois où il l’avait croisée en coup de vent. Un "coucou mon cœur, je file je suis à la bourre" et un petit baiser volé. Argh…un baiser volé…Rien que d’y repenser il avait l’estomac qui se tordait. Il avait volé un baiser à Aya…Lui tout seul comme un grand. Elle s’était laissée faire certes, mais c’était lui qui avait pris l’initiative. Pour au final ne pas assumer et en quelques minutes, il avait quasiment tout perdu : son amitié avec Aya, et Minji. Pour Minji rien n’était certain mais c’était presque sûr. Aya l’avait raccompagné ce jour-là mais dans le train, elle ne lui avait pas adressé la parole, et ne lui avait pas dit au revoir au moment de la séparation. Il pouvait la comprendre, il l’avait embrassé dans un moment de folie pour après lui dire que bon c’était sympa mais qu’il était quand même amoureux de Minji. Dans le genre débile comme justification on fait pas mieux.

Il sorti de la douche, se sécha et retourna à sa chambre. Il n’avait vraiment pas envie d’aller en cours. Mais aller à l’infirmerie n’était pas son genre. Il se changea et s’assit à son bureau. Là, il commença à réfléchir à ce qu’il pouvait faire. Comment dire ce truc à Minji ? Comment lui annoncer quelque chose d’aussi horrible ? Elle lui avait fait confiance, elle lui avait donné sa première fois…toutes ses premières fois. Et lui, comme un gros bâtard, il avait embrassé sempai. Il aimait Minji et c’est pour ça qu’il était malade, sinon il aurait juste été la voir pour la plaquer et c’était fini. Mais non…alors pourquoi ? C’était cette réponse là qu’il n’avait pas et il savait que c’était cette question-là que lui poserait Minji, sans aucun doute. Bon, il prit son courage à deux mains ; il en aurait eu quatre ça l’aurait bien aidé mais bon ; et prit une feuille d’un de ses cahiers sur laquelle il griffonna un message pour elle. Au final, il s’y reprit une bonne dizaine de fois…son cahier avait pris un coup. Pas grave. Il relu une dernière fois son message :

"Minji je voudrais te voir pour te parler.
Passe me voir ce soir, je serai au chenil, je t’attendrai. J’y serai après les cours et je t’attendrai jusqu’à demain matin s’il le faut.
Aki."


Il avait choisi le chenil en se disant que l'endroit serait plus au calme qu'ailleurs. Au pire il y croiserait une ou deux personnes maxi. Le mot était bref mais s’il écrivait plus que ça, ça finirait en roman. Il plia le papier et le mit dans sa poche. Il finit de se préparer, prit son sac et sortit. Il se dirigea vers le rez-de-chaussée du bâtiment pour aller vers les casiers et chercha celui de Minji dans lequel il glissa le petit mot. Il était encore tôt et les cours ne commençaient que dans une heure trente. Mais il ne supportait plus d’être enfermé et il marcha un peu évitant d’aller vers le dojo ou la piscine….sait-on jamais que sempai y soit.

Il se demandait quelle tête allait faire sa belle en voyant le mot. Il allait tout lui avouer, tout lui dire du début à la fin. Comment la journée s’était déroulée et comment il en était venu à faire…ça. Il avait plus ou moins préparé ce qu’il voulait lui dire mais qui sait si le moment venu il en serait capable…

La journée allait être longue…très longue. Et elle le fût.

Les cours lui avaient paru plus longs que d’habitude, les gens plus pénibles, la nourriture encore moins bonne…bref il avait passé une sale journée. A la fin de la dernière heure de cours, il ne songea même pas à aller se doucher ou quoique ce soit d’autre. Non il alla directement au chenil pour attendre Minji.

Viendrait-elle ? Il l’espérait…



Dernière édition par Akihito Ishiin le Jeu 22 Mar - 15:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minji Toshihiro
Élève de la 1-A

avatar


Personnage
Âge : 16 ans
Chambre / Appart : 202

A savoir :

MessageSujet: Re: Faute avouée à moitié pardonnée ? [PV Minji] [TERMINE]   Mer 22 Fév - 22:57

Minji avait l’habitude de voir les jours de façon plus joyeuse et plus enthousiasme, or ce n’était pas le cas depuis quelques jours. Les comportements étranges d’une de ses colocataires et celle d’Akihito étaient en train de la troubler. A chaque fois qu’elle croisait Aya, elle la trouvait souvent colérique et dans ce cas là, la petite brune ne voulait pas être sur son passage. Sachant que sa sempai était ceinture noir de karaté, il ne resterait sûrement pas grand-chose de la nageuse si jamais elle osait demander. Quant à son petit ami, leurs rencontres étaient très brève : un baiser suivi d’un « j’ai pas trop le temps, on se voit plus tard promis ». Minji pensait que c’était peut-être du aux entrainements qu’ils avaient ensemble, mais le message qu’elle avait reçu dans son casier lui indiquait que c’était une autre histoire. Alors en cours, elle restait focalisée sur ce message plutôt que d’écouter le professeur. L’esprit complètement ailleurs, elle continuait de faire tourner son stylo entre ses doigts avant de le faire tomber et une bonne raison pour l’enseignant de l’interroger.

Après l’interrogation, sa voisine Chikage-chan lui envoya discrètement un message sous la table pour savoir comment elle allait. De voir l’intello de la classe dans les nuages étonnait plus d’un dans la salle. Elle qui avait l’air si studieuse, là voilà rêveuse depuis quelques jours. Aujourd’hui n’était vraiment pas sa tasse de thé et cela se ressentait à self quand une autre de ses camarades vint à sa table et visiblement inquiète de son état. Mais encore une fois, elle se contenta de sourire et avoua qu’elle n’avait pas très envie de parler cette fois-ci. Elle déplia le bout de papier et relu à plusieurs fois la fin de la phrase « J’y serai après les cours et je t’attendrai jusqu’à demain matin s’il le faut. » Qu’est-ce que cela pouvait bien signifier ? Qu’avait-il de si important à lui dire ? C’était surtout le « jusqu’à demain matin » qui l’effrayait.

Après avoir fait quelques mètres en compagnie de Ryuu, la nageuse regagna sa chambre et croisa une nouvelle fois Aya qui traçait sa route en la voyant. Tant pis pour les gâteaux qui l’attendaient dans la chambre, Minji en ferait d’autres de toute manière. Puis autant ne pas envenimer la situation, déjà qu’elle avait l’air bien remonter pour une raison inconnue. Même si elle se sentait concernée, elle ne voulait pas trop en savoir pour le moment. Elle se prépara donc pour se rendre au chenil, lieu de rendez-vous avec son bien aimé. Elle savait qu’elle était sadique, mais pas au point de le faire attendre jusqu’au lendemain, surtout sans connaître la cause. Elle enfila rapidement un jean, un pull à col roulé fin et en poncho par-dessus, parce que ce n’était pas encore l’été et qu’il y avait un bon air frais.

Une fois arrivée au parc, un chien aboya en la voyant arriver. Elle s’approcha de la bête avec le sourire et s’accroupit pour le caresser et le calmer. C’était tellement doux et agréable de caresser l’animal qu’elle arrivait mieux à se détendre avant d’entendre ce que le rouquin avait à lui dire. Elle se redressa en voyant le garçon arriver. L’inquiétude se lisait-elle sur son visage ? La première année ne savait guère. Elle se contenta de lui adresser un petit sourire stressé avant d’ajouter :

« J’espère que tu ne m’as pas fait sortir dans le froid pour rien… »

A vrai dire, elle n’avait pas très froid, c’était plus le comportement d’Ishiin-kun qui l’avait refroidi depuis quelques temps. Pas un seul geste tendre, pas de « re salut mon cœur » ou autre chose dans le genre à son égard. Ses mains étaient dans les poches de son poncho, le regard rivé vers le jeune homme et une distance d’environ trois mètres les séparaient. Elle redoutait un peu ce qu’il allait lui dire, elle avait peur des mots qui allaient sortir de la bouche d’Akihito. Tout ce qu’elle espérait c’est qu’il n’était pas en train de se « foutre de sa gueule ». Elle lui avait entièrement accordé sa confiance et qu’il n’avait pas l’air d’être si mauvais que ça. Mais si c’était le cas, alors elle n’aurait pas eu tord quand elle avait traitée de Don Juan la première fois qu’ils s’étaient croisés.

« Alors ? Qu’as-tu à me dire ? Parce que ton message n'a rien de rassurant et je me voyais mal te laisser poireauter jusqu'au petit matin. Maintenant que je suis là, je t’écoute… », dit –elle d’une voix douce.

La jeune fille ne savait pas trop pourquoi, mais elle avait de mauvaises ondes. Le temps s’écoulait et elle redoutait de plus en plus la réponse du garçon. Ça peut aussi être une bonne blague de sa part et si c’était le cas, elle n’était pas très bonne...pas bonne du tout même. Sous son poncho, elle sentait ses mains devenir de plus en plus moite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akihito Ishiin
Élève de la 3-A

avatar


Personnage
Âge : 18 ans
Chambre / Appart : 103

A savoir :

MessageSujet: Re: Faute avouée à moitié pardonnée ? [PV Minji] [TERMINE]   Jeu 23 Fév - 14:32

Akihito arrivait aux abords du chenil quand il aperçut Minji de loin. Elle était déjà là. Il ne pensait pas qu’elle arriverait avant lui, elle avait pas mal d’activités avec ses clubs. Mais non, visiblement elle avait fait en sorte de se libérer. Au moins il n’aurait pas à poireauter deux heures dans cette fraicheur. Il se dirigea vers elle d’un pas mal assuré. Sa tension montait. Son rythme cardiaque aussi. Il avait la bouche sèche rien qu’à l’idée de ce qu’il allait devoir lui dire…s’il y arrivait.
Quand elle parla, il pensa pour lui-même *oh que non je ne t’ai pas fait venir pour rien…loin de là….*. Il était là, immobile, elle reprit la parole. Elle l’écoutait. Oui encore fallait-il qu’il arrive à parler. Il essaya d’avaler sa salive mais il n’y en avait plus. Il la regardait. Belle, fragile, douce. Dans cinq minutes il se pouvait qu’elle se transforme en furie. Il doutait un peu qu’elle s’énerve sur lui, par contre, il était probable qu’elle pleure et qu’elle se sente horriblement trahie. Le mal au ventre revenait de plus belle et il posa une main sur son estomac comme pour essayer de le calmer.

Finalement, prenant son courage à pleine mains, il avança un peu vers elle. Il ouvrit la bouche et dit :

"Surtout ne m’interrompt pas…de tout ce que je vais dire, ne m’interrompt pas."

Il respira et reprit :

"Voilà l’autre jour, j’étais parti pour faire du shopping avec Shirogane sempai. Mais on est passé chez elle avant pour qu’elle récupère des affaires. Mais voilà, au final, nous ne sommes jamais allés faire du shopping. On a discuté un moment, puis elle est montée dans sa chambre récupérer son sac et je l’ai suivi."

Et là, sans prévenir, Akihito la regarda puis se mit à genoux dans la terre qui entourait le chenil. Il se mit à terre, comme pour imager l’idée « plus bas que terre », puis se prosterna carrément devant elle. Cette position signalait d’une part qu’il allait certainement s’excuser de quelque chose mais surtout qu’il n’était pas capable de la regarder dans les yeux en le faisant.
Ainsi à genoux, le visage près du sol, il hurla presque :

"Pardon…Je…dans le couloir devant sa chambre, dans un moment d’égarement ou de pure connerie, au choix, je l’ai embrassée." Les larmes montaient. "Je l’ai embrassée comme ça sans réfléchir, sans lui demander son avis non plus. Je t’ai trompé. J’ai…je…je t’ai trompé, je suis le dernier des salauds…Tu me faisais confiance et je sais pas, j’ai merdé." Là il pleurait, ses phrases se mélangeaient. Il avait du mal à être clair.

"Je l’ai embrassé, après j’ai regretté, elle s’est énervée, je suis parti. Depuis je sais pas, je sais plus. Elle je l’ai pas vu et toi…" Il avait toujours le nez vers le sol, mais la terre juste en dessous commençait à être parsemée de gouttelettes. Il se dit qu’il devait se relever, la regarder. Mais il redoutait de voir son visage. Après ce qu’il venait de lui dire, elle devait soit être au bord des larmes, soit être terriblement en colère. Ou tout simplement dégoûtée de lui. Le Don Juan de ces dames qui a encore frappé. C’était la première impression qu’elle avait eue de lui, il s’en souvenait et il avait tout fait pour lui prouver le contraire. Or là en quelques secondes tout était foutu. Il savait qu’il avait perdu la femme de sa vie. Il le sentait et de toute façon comment réagir autrement que de l’envoyer bouler au fin fond de l’univers ?

Il n’arrivait pas à se relever. Il tremblait. Il avait envie de la prendre dans ses bras, de lui dire pardon des millions de fois. Mais il savait très bien que cela ne changerait rien. Le nez toujours par terre, il reprit :

"Je sais que pardon c’est de la merde par rapport à ce que je t’ai fait. Mais je sais pas quoi dire d’autre. Je….pourtant….je t’aime."

Il l’avait dit. Oui, il l’aimait toujours et peut être même plus fort encore qu’avant. Pourquoi c’est toujours quand on est sur le point de perdre quelque chose qu’on se rend compte qu’on y tenait énormément ?? Il finit par se motiver à se relever. Ses jambes avaient du mal à le porter. Ses yeux étaient remplis de larmes qu’il essuya du revers de la manche, pas élégant mais rapide. Mais il ne leva pas les yeux vers elle, trop effrayé. Il ne savait pas quoi ajouter. Encore pardon ? Inutile, ce qu’il avait fait ne s’effacerait pas avec des pardons. Il finit par lever la tête, doucement, attendant le retour de flammes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minji Toshihiro
Élève de la 1-A

avatar


Personnage
Âge : 16 ans
Chambre / Appart : 202

A savoir :

MessageSujet: Re: Faute avouée à moitié pardonnée ? [PV Minji] [TERMINE]   Jeu 23 Fév - 21:32

Sans l’interrompre, Minji fixait le garçon. Sans dire un mot, elle l’écoutait. Oui, elle était attentive à ce qu’il allait lui dire. Le début était normal jusqu’à ce qu’il tombe à genoux sous ses yeux. A présent, elle comprenait mieux la réaction d’Aya quand elle la croisait. Son regard était baissé tout comme celui du rouquin. Silencieuse, elle le laissait poursuivre. La jeune brune avait du mal à réaliser ce qu’elle venait d’entendre. Son petit ami et sa colocataire se sont embrassés ? Le mot «trompé » qui sortait de la bouche d’Akihito ne cessait de résonner dans sa tête. Quand il eut terminé de parler, elle n’intervenait pas immédiatement et un long silence s’installait entre les deux personnes. Elle se serait sûrement jetée sur lui pour qu’il se relève et qu’elle l’aurait sûrement pardonné si c’était une petite faute, au lieu de cela elle le regardait avec beaucoup de fureur.

Minji serrait les lèvres et les larmes étaient en train de lui monter aux yeux. Le baromètre de sa colère venait d’atteindre la zone rouge. Jamais…au grand jamais elle l’aurait pensé qu’il le ferait un jour. Il avait su trouvé les mots pour lui accorder sa confiance et elle était tombée dans les filets du don juan. Elle sortit ses mains de son habit, l’une formait un poing et l’autre allait frapper la joue du troisième année. Cette gifle lui faisait du bien, légèrement douloureuse pour sa main, mais la haine qu’elle avait ne lui permettait pas de ressentir la douleur. Elle qui était de nature si douce, c’était une première pour elle de la voir en colère.

« Tu m’aimes ? Si tu m’aimes comme tu le prétends, le baiser n’aurait sûrement pas eu lieu…Non…tu voulais savoir tes sentiments…voir si tu étais capable d’être fidèle ou non. »

Elle laissait place de nouveau au silence. Parce qu’elle ne savait pas trop comment prendre cette annonce, mais aussi le temps de reprendre son souffle pour poursuivre et ce qu’elle ressentait à cet instant précis. Elle laissa échapper une larme qui coula rapidement sur sa joue. Elle l’aurait pu lui demander de se relever, mais elle n’avait pas envie qu’il se relève. Posant une main devant sa bouche pour tenter de retenir ses sanglots, elle lui tourna le dos et leva les yeux au ciel pour secouer la tête.

« Comment ai-je pu être aussi idiote ? Je suis peut-être l’intello dans ma classe, mais en matière d’amour je n’y connaissais rien avant de te connaître et ça fait mal…je n’avais pas tord la première fois de t’avoir traité de Don Juan. En plus d’être un Don Juan, tu es un bon acteur et moi comme une idiote je me suis laissé embobiner par tes paroles… »

Ses mots commençaient à mélanger, elle ne savait plus comment réagir. Ses perles salées continuaient de couler à flot. Ses petites mains avaient beaux les arrêter, mais rien n’y faisait, elle se lâcha complètement. Elle pleura un bon coup avant de se retourner de nouveau vers le garçon. Sa tête disait non.

« Tu n’es qu’un imbécile Akihito…je te hais…je te déteste… »

Tellement sur les nerfs, elle ne pouvait pas garder sa rage en elle. Elle venait de lui dire sur un ton énervée sans pour autant lui crier dessus. Elle le disait pour se soulager, mais au fond elle était amoureuse de lui. Oui, elle l’aimait sincèrement depuis le début et le fait d’apprendre que le rouquin a posé ses lèvres sur celle d’une autre la répugnait.

« Tu savais que je t’accordais toute ma confiance…pourquoi ne m’as-tu pas quitté avant d’aller la rejoindre ? Pourquoi ? Je te pensais plus honnête…j’y croyais fortement à ta sincérité Aki-kun…mais je vois que je n’étais qu’un simple amusement à tes yeux…et ça va ? Tu en as bien profité de notre petit camping ? Si c’est le cas, tant mieux… »

Certes il a eu le courage de le lui dire, mais était-ce tout ? Et si Aya et lui étaient allés plus loin que le baiser ? Il lui avait dit qu’il l’avait suivi dans la chambre. Elle sentait ses membres trembler à cette pensée.

« Je savais que Shirogane sempai et toi étaient bizarre avec moi depuis quelques jours, mais je n’avais jamais fait le rapprochement…et…et…et est-ce que vous êtes allé plus loin que le baiser ? »

Elle redoutait un peu ce qu’il allait lui répondre. Elle avait terriblement peur de sa réponse et que si c’était le cas, elle ne serait plus tout à fait la même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akihito Ishiin
Élève de la 3-A

avatar


Personnage
Âge : 18 ans
Chambre / Appart : 103

A savoir :

MessageSujet: Re: Faute avouée à moitié pardonnée ? [PV Minji] [TERMINE]   Ven 24 Fév - 15:22

Voilà. Finalement, comme il s’en doutait un peu, il s’était pris une gifle. Venant de Minji, cette gifle avait un effet dévastateur sur lui. Minji n’était pas une personne qui s’énervait facilement ou qui recourait à la violence pour un oui ou pour un non. Là, elle avait craqué. Le geste était parti et avait fait mouche.

Spoiler:
 

Il était complètement désemparé. Une gifle n’était pourtant pas quelque chose de terrible, mais venant d’elle, on aurait dit qu’un camion venait de lui passer dessus. Il était immobile, les larmes coulant sur ses joues. Il ne savait toujours pas ce qu’il pouvait ajouter à ce qu’il venait de dire.

Spoiler:
 

Et ce qu’elle avait dit avait fini de l’achever. Profité du camping, être allé plus loin avec Aya…Tout se bousculait. Il voulait hurler, remonter le temps, effacer tout ça. Voir sa belle dans cet état était un crève-cœur.

Spoiler:
 

Il inspira profondément et prit la parole, pleurant toujours mais bizarrement calme :

"Non je n’ai pas été plus loin avec elle. Je te l’ai dit elle s’est énervée et je suis parti. Mais je ne comptais même pas l’embrasser au départ. Alors coucher avec encore moins. Et…concernant le camping, mon but n’était pas de te mettre dans mon lit, si c’est que tu sous-entends. J’y ai pensé c’est vrai, comme tout mec normalement constitué, mais ce n’était pas mon but premier. Tu étais vierge et je ne voulais surtout pas te bousculer. Mais c’est vrai que j’avais envie de toi…depuis un moment. L’occasion s’est présentée et ça s’est bien passé. Je sais que je suis le dernier des connards. Je me doute bien que tu veux pas entendre mes excuses mais je ne veux pas que tu crois que j’ai embrassé Aya sciemment."

Il la regarda un moment. Puis reprit :

"Je ne sais vraiment pas ce qui m’est passé par la tête. Il est vrai qu’il y a deux trois ans j’étais un Don Juan, je le cache pas. Mais avec toi je pensais avoir trouvé la stabilité, j’ai pas sauté sur Aya pour tester ça. C’est juste que je sais pas, mon cerveau s’est mis sur off mais dès que je l’ai touché, j’ai réalisé ce que j’étais en train de faire mais c’était trop tard. Je suis venu te le dire parce que je peux pas vivre en te mentant. J’en suis malade. Ca fait des jours que je mange presque rien. J’ai l’impression de mourir à petit feu. Mais tu t’en fous….je t’ai trompé, point barre."

De nouveau, il essuya ses larmes qui continuaient de couler même si les sanglots, eux, étaient plus loin. Il n'était pas du genre à pleurer comme ça, à grosses larmes. Il avait beau tourner et retourner tout ça dans sa tête, tout ce qui lui venait à l’esprit était qu’il avait merdé. Mais pourquoi bon sang ??

Il baissa la tête, il renifla, et continua :

"Je crois que je suis un lâche. Je crois qu’en fait j’ai cédé aux charmes d’Aya par peur d’affronter mes sentiments envers toi. Tu es la première fille dont je suis réellement amoureux. Tu es la première fille avec qui faire l’amour fût quelque chose de magique. Tu es la première fille qui me fait pleurer. Et surtout tu es la seule et unique fille que j’ai jamais réellement aimée et que j’aime encore."

Il avait redit qu’il l’aimait mais au fond de lui il avait le sentiment que c’était la dernière fois qu’il allait lui dire ça. Elle allait sûrement lui dire d’allait se faire voir ailleurs. Et elle aurait raison. Il se passa la main dans les cheveux, regardant toujours par terre. Il commençait à avoir du mal à retenir ses larmes. Il réalisait qu’il avait vraiment fait la pire connerie de sa vie.
Relevant la tête, il posa un regard amoureux sur elle.

Spoiler:
 

Elle était magnifique. Mais elle avait les yeux rouges, elle était triste et en colère à la fois. Il était le pire des monstres pour faire souffrir une si gentille jeune fille. Il voulait la prendre dans ses bras. L’embrasser. Mais il en était hors de question. S’il s’approchait, il se pouvait qu’elle réagisse très mal et la situation serait encore pire. Il mit ses mains dans les poches. Et prit la parole une dernière fois :

"Je sais pas quoi te dire de plus. Je voulais pas faire ça mais je l’ai fait. Oui je n’ai aucune excuse et quelle que soit ta décision je la respecterais. Je…*léger hoquet*…vais certainement te perdre et ce sera mérité. Encore pardon…mille fois, un million de fois…même si ce ne sera jamais assez…" Un léger sourire effleura ses lèvres.

"J’ai peur de te perdre. C’est bête, c’est trop tard. Je sais pas…notre bonheur m’a fait peur peut être, ou alors je suis juste con. Je te mérite plus de toute façon. Je t’ai blessée, je t’ai fait du mal alors que j’avais promis que je le ferais pas. Je t’aime tellement…je m’en rends compte au moment de te perdre…c’est définitif je suis le roi des cons."

Il décida que ça suffisait. Il s’était assez torturé et il avait assez torturé Minji. Il se tût. Ne disant plus rien un silence lourd de sens s’installa. Allait-elle lui en coller une deuxième ? Peut-être...En attendant, il n’arrivait pas à détacher ses yeux d’elle, profitant de ces derniers instants avec elle. Elle allait le plaquait…pour lui c’était une évidence.


Dernière édition par Akihito Ishiin le Ven 16 Mar - 13:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minji Toshihiro
Élève de la 1-A

avatar


Personnage
Âge : 16 ans
Chambre / Appart : 202

A savoir :

MessageSujet: Re: Faute avouée à moitié pardonnée ? [PV Minji] [TERMINE]   Jeu 8 Mar - 17:47

La jeune brune laissait à nouveau la parole au garçon. Ses larmes ne s’arrêtaient plus et ses oreilles restaient au taquet. Elle l’écoutait sans l’interrompre ? Puis que pouvait-elle dire de plus ? Elle avait le ventre noué. Même si le regard du rouquin lui donnait envie de le prendre dans ses bras, la haine qu’elle ressentait à cet instant refusait tout acte de tendresse. Il y avait tellement de sincérité dans les mots, la voix et les yeux d’Akihito qu’elle était prête à accepter ses excuses. Mais ce serait un pardon trop facile.

« Qui me dit que tu ne recommenceras pas ? Et puis si tu avais peur d’être heureux avec moi, pourquoi tu tenais tant à ce qu’on sorte ensemble ? », demanda-t-elle calmement.

Plus elle l’écoutait s’insulter, plus elle avait envie de lui donner une autre gifle. La première étant bien suffisante.

« Assume ce baiser et arrête de t’insulter Akihito-kun…oui tu es le dernier des idiots certes, mais c’est passé maintenant. Puis arrête de me promettre des choses dont tu ne tiens pas ! Je ne sais même pas si tu mérites que je t’accorde une seconde chance… »

Elle essuya ses larmes tout en gardant un œil sur le garçon. Après tout ce n’était qu’un simple baiser. S’ils auraient fini dans un lit, ce n’était pas la peine d’espérer quoique ce soit de la métisse. Maintenant qu’elle était au courant, quels seront les relations entre Minji et sa colocataire ? Elle qui l’appréciait sans pour autant être amical avec sa sempai. L’adolescente n’oserait même plus la regarder en face quand elle la croiserait. Elle se retourna et poussa un profond soupir.

« Il faudrait peut-être mieux qu’on fasse une pause tous les deux. Ça te permettra de mettre les choses au clair dans ta tête…Qu’en penses-tu ?»

Elle releva la tête vers le ciel qui commençait à s’assombrir avant de reprendre la parole.

« Pour les prochaines vacances, je t’aurai sûrement proposé de m’accompagner, mais il serait plus sage que tu ne viennes pas. J’irai avec mes parents… » Elle resta un instant silencieuse avant de reprendre. « Et je ne dirais rien à mon père… »

Elle imaginait déjà le sourire de son père et de son « Tu vois ! Je te l’avais bien dit ?! ». Donc elle ne voulait pas que son père savoure trop vite sa victoire. De plus, elle aurait eu droit à un bel interrogatoire. Depuis cet aveux, elle avait envie de fuir, de prendre l’air, d’avoir un autre paysage sous ces yeux. Certes, elle n’oublierait pas ce qu’elle venait d’apprendre, mais elle savait que si elle restait au Japon, ça la ruminerait et qu’à la rentrée ça risquait d’être pire. Le mieux serait de partir pour quelques jours et de revenir en forme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akihito Ishiin
Élève de la 3-A

avatar


Personnage
Âge : 18 ans
Chambre / Appart : 103

A savoir :

MessageSujet: Re: Faute avouée à moitié pardonnée ? [PV Minji] [TERMINE]   Ven 16 Mar - 13:43

Elle avait été claire sans être ni méchante ni mesquine. Minji quoi. Et elle avait raison sur toute la ligne. Il n’assumait pas du tout ce qu’il avait fait et c’était ça qui le rongeait aussi. Il la regardait tandis qu’elle reprenait la parole. Et la sentence tomba. Une pause. Le pire truc, juste parfait pour le faire mijoter, pour qu’il se torture un peu. Il pouvait comprendre même si l’idée lui déplaisait. Mais d’un autre côté, elle aurait pu le jeter direct et ne plus vouloir le voir du tout. Mais non. Il regrettait encore plus de la faire souffrir du coup. Ses projets pour les prochaines vacances étaient tous prêts : rien. Il allait juste rentrer chez ses parents, sauf si sa sœur y était en même temps, en ce cas il resterait au pensionnat, plus simple.

Puis elle ajouta une petite phrase. Elle ne dirait rien à son père. Là, il eut un tressautement, son père. Si son père venait à apprendre cette histoire, Akihito savait qu’il ne verrait plus jamais Minji car son père la ferait transférer immédiatement. Il se rendit compte que d’entendre qu’elle ne lui dirait rien le soulagea terriblement. Mais il n’allait plus voir pendant un petit moment quand même. Allait-il en souffrir autant que ce qu’il pensait ? Peut-être…

Il fit un tout petit pas en avant et prit la parole :

"Je…tu sais…merci de rien dire à ton père et aussi je comprends pour la pause. Et je pense qu’en effet c’est une bonne idée."

Il avait inconsciemment sorti une main de sa poche pour la tendre vers Minji mais se ravisa aussitôt.

"Sinon je reconnais que j’assume pas mon erreur, pas encore en fait mais je vais y travailler. Et je t’attendrais aussi longtemps qu’il faudra…je t’attendrais. Je te promets plus rien, tu as raison, mais je me jure à moi-même que ce genre de choses ne se produira plus tant que je serais avec toi…" Il espérait tellement de choses…

Il se rendait compte que sa relation avec elle venait de se briser irrémédiablement. Plus rien ne serait pareil, même après s’ils se remettaient ensemble, ce qui n’était pas sûr…mais il attendrait. Il n’arrivait pas à détacher ses yeux d’elle. Elle était toujours là, regardant devant elle. Il voulait la prendre dans ses bras, la serrer fort. Mais il ne pouvait pas. Ne voulant pas partir non plus il décida de reprendre une dernière fois la parole :

"Je ne viendrais pas te voir, j’attendrais que tu viennes toi. Enfin pas que tu viennes mais que tu me fasses un signe, quelque chose…Je viendrais pas de moi-même, je veux pas te rendre plus malheureuse encore. Je serais au pensionnat, tu sauras où me trouver de toute façon."

Il se tourna pour partir et, à son tour, regarda devant lui :

"Mais merci pour la pause…quelque part j’ai quand même une seconde chance…peut être…En tout cas je ferai tout pour parce que je t’aime. Je vais te laisser tranquille maintenant, je t’ai assez fait souffrir pour aujourd’hui."

Finalement, il craqua et se retourna pour la regarder une dernière fois.

"A bientôt alors." Et avec un sourire triste aux lèvres, il commença à faire demi-tour pour partir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minji Toshihiro
Élève de la 1-A

avatar


Personnage
Âge : 16 ans
Chambre / Appart : 202

A savoir :

MessageSujet: Re: Faute avouée à moitié pardonnée ? [PV Minji] [TERMINE]   Jeu 22 Mar - 15:15

Un gros soulagement d'un côté comme de l'autre concernant monsieur Toshihiro. Non pas parce qu'il risquait d'envoyer une belle droite à Akihito, mais plutôt parce que qu'il serait bien capable d'envoyer sa fille unique dans une autre école loin d'Hachioji, voir même, loin d'Akihito. Il était prêt à tout et même d'aller s'installer en Corée. C'est pour cela qu'elle ne voulait que cette histoire, même petite, ne prenne de l'ampleur.

La nuit était déjà tombé et un vent d'air frais s'installait. Minji frissonnait et tremblait de tout ses membres. Partagée entre cette trahison et cet amour qu'elle éprouvait, elle sentait que son visage devenait tout chaud. Ses larmes continuaient de couler à flot et elle rentrait sa tête dans ses épaules comme pour se cacher. Elle aurait pu ne rien savoir, ni même n'avoir aucun doute sur Akihito, mais il s'était montré courageux de le lui dire. Malgré ce courage, son honnêteté n'était pas suffisant pour la jeune étudiante.

Minji était gentille, voir parfois trop des fois. Mais c'était dans sa nature. C'est peut-être aussi pour ça qu'elle lui laisserait une seconde chance. Après tout, c'était sa première « faute », elle pouvait lui pardonner. Sauf que pour le moment, elle n'avait pas envie de lui pardonner. Elle essuya une dernière fois, d'un revers de sa main, les gouttes qui perlaient sur ses joues. Tête baissé, elle écoutait les paroles du rouquin. Même avec ce qu'il lui disait, elle n'arrivait pas à se retourner. De plus, le fait de le voir ne la ferait que rager de toute manière. Elle était en train de la haïr, mais elle avait encore des sentiments envers Aki. Cette pause était peut-être la bienvenue pour elle afin de savoir si elle devait continuer avec lui ou pas.

Il lui avait dit « A bientôt » et elle ne lui adressa plus aucun mot. Minji commença à marcher petit à petit avant de trottiner jusqu'au bâtiment des dortoirs. En chemin, elle bouscula quelqu'un sans trop prêter attention, elle s'excusa quand même avant de continuer sa course pour aller se réfugier dans sa chambre. Arrivée devant la chambre 202, elle priait que ses sempais ne soit pas l'intérieur. Elle poussa un soupir de soulagement une fois dedans. Elle n'avait pas prit la peine d'allumer la lumière. Non elle monta directement dans son lit, en s'affalant sur le ventre et cria un bon coup mais en mettant un bout de son oreiller dans sa bouche. C'était repartie pour un tour...Avec cette histoire, les choses ne seraient plus pareil. Elle éviterait sûrement Akihito durant un moment. Quant à sa colocataire, les rapports seront plus ou moins identiques puisqu'elle n'avait rien fait et que c'était le troisième année qui avait fait le premier pas. Mais elle ne voulait même pas imaginer se trouver nez à nez avec sa sempai et laquelle des deux commenceraient à aborder le sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Faute avouée à moitié pardonnée ? [PV Minji] [TERMINE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Faute avouée à moitié pardonnée ? [PV Minji] [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ginkgo Gakuen :: Le campus de l'école :: Le parc :: Le chenil-
Sauter vers: